Découvrez nos produits sur carrefour.fr earth icon Choisissez votre pays logo enseigne Carrefour

Résultat de ma recherche: résultats

Site international

.com

Site national

L’aide à la conversion au bio

L’aide à la conversion au bio

L’aide à la conversion, au cœur de la démocratisation du bio

Les consommateurs veulent plus de produits bio et de préférence d’origine française. Pour accroître ses volumes et répondre à la demande, Carrefour s’engage aux côtés des producteurs hexagonaux avec un programme d’aide à la conversion à l’agriculture biologique.

L’aide à la conversion au bio

Pour concilier démocratisation du bio et développement d’une offre locale, qui sont à la fois des axes de son plan en faveur du mieux-manger et une demande croissante des consommateurs, Carrefour a besoin que l’agriculture biologique gagne du terrain dans l’Hexagone.

Le mouvement est certes nettement enclenché dans le pays (les surfaces certifiées bio devraient augmenter plus rapidement dans les prochaines années : de l’ordre de +23 % en 2018 et de +13 % en 2019), mais il faut l’accélérer. L’ambition de Carrefour rejoint d’ailleurs celles des pouvoirs publics dont le programme « Ambition Bio 2022 » fixe comme objectif d’atteindre 15 % de surface agricole française cultivée en bio à l’horizon de 2022.

Sauf que passer d’une agriculture conventionnelle à une agriculture biologique, c’est-à-dire sans utilisation de produits chimiques de synthèse, ni d’OGM, c’est un changement complet de méthodes de production ou d’élevage encadré par un cahier des charges strict défini par la réglementation européenne sur le mode de production biologique. Le processus est très précis et peut être long, jusqu’à trois ans, pour laisser le temps à la terre de s’assainir. Pour les producteurs, c’est une période transitoire délicate financièrement, même s’ils sont gagnants sur le long terme.

Et s’il existe des dispositifs d’aides financières pilotés par les pouvoirs publics et l’Union européenne dans le cadre de la PAC, celles-ci prennent beaucoup de temps à être perçues. Pour s’assurer le plus rapidement possible un approvisionnement de qualité susceptible de répondre à la demande des consommateurs, Carrefour a décidé de renforcer nettement son programme d’aides à la conversion bio.

3 ans, c'est le temps nécessaire à la conversion au Bio d'un élevage bovin.

Objectif : 500 conversions

Depuis l’an dernier, Carrefour aide une cinquantaine d’agriculteurs français à se convertir au bio. L’objectif est désormais d’accompagner 500 agriculteurs dans cette démarche, et ce, « le plus rapidement possible », indique Benoît Soury, directeur Marché Bio du groupe Carrefour. La priorité sera donnée aux producteurs issus des premières régions agricoles biologiques françaises qui sont l’Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes.

Le programme d’accompagnement garantit un volume d’achat et la méthode de fixation d’un prix pour une durée de trois à cinq ans, qui couvre toute la période de conversion et au-delà. « La particularité de ces contrats réside dans leur caractère équilibré, car nous souhaitons établir des partenariats de long terme qui n’enferment pas les agriculteurs dans un contrat exclusif et qui placent le produit et le consommateur au centre du jeu », précise Benoît Soury.

Cover vidéo

 

Le plan de Carrefour pour accélérer le passage d’une agriculture conventionnelle à une agriculture biologique intègre les principaux acteurs de la filière biologique : Chambres d’agriculture, Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB), Agence BIO, Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Le distributeur souhaite nouer de forts partenariats comme il le fait avec WWF France.

« Contrairement à la monoculture aux effets catastrophiques sur l’environnement, l’agroécologie offre une alternative efficace en favorisant la diversité des espèces, explique Arnaud Gauffier, responsable de la branche Alimentation & Agriculture de WWF France. Nous croyons à la résilience qui redonne à la nature sa capacité d’affronter les chocs tels que les aléas climatiques ou les attaques d’insectes. Nous démontrons ainsi tous les jours que la biodiversité est l’alliée de l’agriculteur. Et c’est rentable pour les professionnels de l’agriculture ! »

Pour soutenir et encourager  la production des fruits et légumes issus de fermes  dès la deuxième année de conversion à l’agriculture biologique, Carrefour et WWF ont décidé que ces produits seront désormais identifiés par un étiquetage spécifique WWF visible en magasin d’ici fin 2018.

cover vidéo

La bio (faire un lien vers l’encadré de l’article bio français) n’est pas seulement bonne pour la santé de tous, consommateurs et agriculteurs, et pour la planète. C’est aussi un secteur économique dynamique. « L’agriculture biologique crée de plus en plus d’emplois en France et représente aujourd’hui un facteur de croissance majeur », souligne Florent Guhl, directeur de l’Agence BIO.

Il ajoute : « L’un des enjeux prioritaires de demain et du programme gouvernemental "Ambition Bio 2022" est la formation aux spécificités du bio, de l’agriculteur aux professionnels des métiers de bouche, de la restauration collective et de la distribution. C’est le facteur indéniable de réussite de ce projet, sans oublier l’enjeu du foncier agricole, pour permettre et faciliter l’accès aux meilleures terres agricoles bio»

Plus de bio, c’est plus d’emplois, car l’agriculture biologique est une filière qui recrute.